TOP 10 des erreurs courantes dans la traduction de l’espagnol vers le français

Vous rencontrez des difficultés sur une traduction de l’espagnol ?

La traduction espagnol > français, bien qu’apparemment simple en raison de leurs similitudes, cache en réalité de nombreux défis.

En effet, traduire de l’espagnol vers le français requière une attention particulière sur certains détails propres à ces deux langues.

Voici donc une liste de dix conseils pour éviter les erreurs les plus courantes lorsque vous traduisez de l’espagnol vers le français !

1.             Ne traduisez pas littéralement

L’erreur la plus courante à éviter est sans aucun doute la traduction littérale. La traduction espagnol/français n’y fait pas exception.

En effet, malgré les nombreuses ressemblances, il ne faut jamais se lancer dans une traduction mot à mot. Ce type de traduction ne prend pas en compte les subtilités de chaque langues. Elle n’arrive donc pas à retransmettre le véritable sens des textes.

Par exemple, “hacerse la boca agua” ne se traduit pas littéralement par “se faire la bouche eau” mais par “avoir l’eau à la bouche”. Il s’agit là d’un exemple tout simple mais il démontre qu’une petite modification peu tout changer.

2.             Faites attention aux faux amis

Une autre des erreurs les plus communes dans les traductions est ce qu’on appelle « les faux amis ».

Ces derniers sont légion entre l’espagnol et le français. Leurs similitudes fait penser que tous les mots qui se ressemblent ont la même signification comme « personaje » qui veut dire « personnage » ou « foto » pour « photo ».

Il faut cependant faire attention car ce n’est pas toujours le cas. Un exemple typique est « embarazada », qui signifie « enceinte » et non « embarrassée ». Ce genre d’erreur peut alors altérer significativement le sens d’une traduction.

3.             Repérez les expressions idiomatiques

Dans le même genre d’erreurs, nous avons les expressions idiomatiques. Il s’agit d’expressions propres à chaque langue qu’il faut donc adapter et non traduire mot à mot.

Il serait en effet incompréhensible de traduire « tomar el pelo » par « prendre les cheveux » alors que la réelle signification est « se moquer de quelqu’un/mener en bateau ». D’autres expressions sont moins différentes de l’originale et peuvent alors porter à confusion. Par exemple, « estar en la luna », qui signifie « être distrait », devrait être traduit par « être dans la lune » et non « être sur la lune ».

La seule manière de ne pas se tromper avec les expressions idiomatiques est de les apprendre par cœur au fur et à mesure que vous les découvrez. Il faut également vérifier que leur sens correspond au sens d’origine.

4.             Vérifier l’ordre des mots

Une erreur plus spécifique à la traduction de l’espagnol est l’ordre des mots. En effet, l’espagnol peut avoir un ordre des mots plus flexible que le français dans certaines structures. L’adjectif par exemple peut précéder ou suivre le nom.

En français, l’ordre doit souvent être adapté pour sonner naturel. Bien positionner l’adjectif est notamment primordial pour pouvoir l’accorder en français selon les bonnes règles syntaxiques.

Une très bonne maîtrise des deux langues est donc nécessaire pour réaliser de bonnes traductions.

5.             Maîtrisez les articles

L’utilisation des articles est un autre piège classique étant donné que les règles d’utilisation ne sont pas identiques dans les deux langues.

Par exemple, « me gusta leer libros. » se traduirait littéralement en français par « J’aime lire des livres. » En espagnol, l’article indéfini pluriel (« los (libros) ») est omis avant le nom au pluriel quand il est précédé de certains verbes comme « gustar ». Ce n’est pas le cas en français, où l’usage de l’article indéfini pluriel (« des ») est nécessaire pour maintenir le sens général et indéfini de l’action.

Cet exemple montre bien qu’il est important de prendre en considération les spécificités syntaxiques des deux langues.

6.             Ne pas confondre les prépositions

L’usage des prépositions diffère souvent entre les deux langues et est source de beaucoup d’erreurs.

Par exemple, “pensar en algo” se traduit par “penser à quelque chose” en français, et non “penser en quelque chose”.

Pour naviguer correctement dans ces eaux complexes, il faut alors bien maîtriser les règles de grammaire et de syntaxe de chaque langue, mais également avoir une sensibilité aux nuances et aux usages.

7.             Trouvez les bons temps verbaux

La correspondance des temps entre l’espagnol et le français peut également induire en erreur.

Par exemple, le « pretérito perfecto » espagnol (« he comido » par exemple) est souvent traduit par le passé composé en français (« j’ai mangé »), mais selon le contexte, il pourrait être plus juste de l’utiliser au présent parfait (« je mangeais »).

Ainsi, puisque les temps verbaux ne concordent pas toujours, il faut bien interpréter le texte pour offrir une bonne traduction.

8.             Recherchez les noms géographiques

Les noms de lieux peuvent changer selon la langue et nécessitent parfois l’ajout d’un article en français, inexistant en espagnol. « México » par exemple, nécessite l’ajout de l’article « le » en français (« le Mexique »).

Ils peuvent également changer de forme en fonction de l’article qui les précède en français, ce qui n’est pas le cas en espagnol. Il faut donc faire attention à des formes comme « el Japón » qui devient « le Japon » en français, mais « aux États-Unis » pour « los Estados Unidos ».

9.             Maîtrisez la négation

La structure de la négation n’est pas la même dans les deux langues.

La structure de la négation en espagnol est souvent simplifiée : « no » + verbe. En français, elle nécessite souvent deux parties : « ne » + verbe + « pas ».

De plus, il existe également bien d’autres formules espagnoles pour exprimer la négation. L’espagnol peut par exemple utiliser des mots négatifs ou des infinitifs après le « no ».

10.      Ayez une sensibilité culturelle

Enfin, comme pour toute traduction, il est crucial de tenir compte des contextes culturels.

Certaines références culturelles spécifiques à l’Espagne ou à l’Amérique latine peuvent nécessiter une explication ou une adaptation en français.

Ceci peut se faire de différentes manières comme avec une explication mise entre guillemets ou une note de traducteur.

Ainsi, maîtriser la traduction de l’espagnol vers le français demande une bonne compréhension non seulement des règles linguistiques mais aussi des subtilités culturelles. Il faut rester vigilant pour éviter ces erreurs fréquentes et ainsi améliorer la qualité du travail de traduction.

N’hésitez pas à regarder nos autres articles sur la traduction pour vous aider dans vos futurs projets !

Voici également un lien sur les traductions amusantes d’expressions espagnoles !



business man working on laptop
Klaar om aan de slag te gaan?

Leave a comment